INFORMATION

Vous avez besoin de réaliser des portraits dans vos bureaux ou vous êtes en train de préparer un événement d’entreprise à Barcelone. Envoyez-moi votre briefing afin que je puisse vous faire un devis.

CONTACT INFO

Email: info[atsign]michelmartinezboulanin.com

Portable: +34 616 471 080

MES RESEAUX SOCIAUX
Anzali lagoon, Iran, January 2019
Anzali lagoon, Iran, January 2019

Les enfants de la révolution



L'annonce du gouvernement Libanais d'imposer une taxe sur les appels par WhatsApp a mis le feu aux poudres et a déclenché une massive réponse contestataire du peuple qui n'a cessé de croître de jour en jour. Alors que la corruption a réussi à réunir sous la même bannière 18 religions toutes classes sociales et génération confondues, les enfants sont devenus rapidement les grands protagonistes en prenant part au mouvement populaire aux quatre coins du pays des cèdres. Ils n'ont pas un rôle anodin, ils participent activement à toutes les manifestations aux côtés de leurs parents. Munis pour certains de roses qu'ils donneront aux soldats de l'armée suivant le comportement qu'ils auront envers les manifestants. D'autres choisiront une option plus radicale du pistolet ou du fusil à pompe en plastique pour montrer clairement le ras-le-bol que ressent le peuple libanais envers leurs politiciens corrompus et les banques. Porté sur les épaules ou à bout de bras, leurs voix se font aussi entendre par les mégaphones où ils lanceront des slogans contre le régime qui seront repris en cœur par les manifestants.

Habillé pour la plupart en tenue paramilitaire, ils paradent souvent en première ligne. D'ailleurs depuis la révolution, les marchands de vêtements militaires pour enfants ne chôment pas. « On n'a remplacé les tenues classiques des mannequins pour enfants par des vêtements militaires et on a doublé notre chiffre d'affaires », commente Ali. Dans la joie et la bonne humeur ils entonnent des hymnes populaires et en particulier le Bella Ciao de la très célèbre série espagnol « La casa de papel ».

Pour les parents, c'est un orgueil d'emmener leur progéniture à ses rassemblements. « Ils sont le futur et c'est notre devoir de les faire participer au changement du pays. Et si une situation de ce type devait se répéter quand ils seront grand, ils auront acquis déjà une expérience. Ils pourront lutter pour une vie meilleure et cela ça ne s'apprend pas à l'école. » exulte Nour Mohammad.

À la fin de chaque manifestation, on les retrouve dans des meetings qui débat de la marche à suivre contre le régime ou sur les estrades scandant des slogans pour le changement tout en se dandinant sur de la musique populaire. Pour les plus jeunes, des théâtres ambulants de marionnettes leur expliquent qui sont les méchants et comment ils doivent être traités. En attendant un hypothétique gouvernement de technocrates, les enfants libanais continuent à se faire entendre au sein de la tourmente politique, comme pour prendre en charge leur avenir que des adultes au pouvoir sont incapables de leur assurer.



Texte et photographie: Michel Martinez B.